"Nymphéas Noirs" de Michel Bussi

Publié le par Mimi

"Nymphéas Noirs" de Michel Bussi

Michel Bussi...encore un auteur que j’ai découvert totalement au hasard de mes flâneries entre les étagères de ma librairie...

Depuis, j’achète ses nouveautés sans même regarder de quoi le livre traite !

Tout d'abord la 4ème de couverture...

Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…

Mon point de vue qui n'engage que moi (et ce n'est déjà pas si mal !)

Le roman commence ainsi : «Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte : toutes les trois rêvaient de fuir… »

Pour le moment, cela peut vous sembler étrange...mais ce n’est que le début ! Vous trouverez un sens à cette phrase à la fin du livre.

L’histoire se déroule à Giverny, dans ce beau village où Monet vécut. Les descriptions sont réalistes sans être lourdes, l’atmosphère y décrite avec brio...pour un peu, on se croirait en train de peindre dans les champs en face du vieux moulin. Le cadre de ce roman est donc surprenant pour un polar, avec ses couleurs qui se transforment parfois en noirceur...

Ce roman est vraiment étrange...fascinant... chaque personnage est en lui-même une énigme. Et quand on croit avoir le fin mot de l’histoire, c’est pour mieux rebondir. Trois personnages principaux, trois générations, trois femmes...je ne vous en dirais pas plus pour ne pas trop en dire.

Le mode opératoire est pour le moins surprenant, les détails troublants, l’intrigue bien ficelée. Une fois le roman démarré, je ne l’ai pas lâché...jusqu’à la dernière page, je me suis demandée quelle fin Bussi pouvait bien nous avoir imaginée.

Bonne lecture !

Murielle

 

PS : merci à ma photographe officielle, Chloé !

Publié dans Bussi Michel, Policier

Commenter cet article